QUELS EXAMENS SONT NECESSAIRES ? 
 
 
       QUELS EXAMENS SONT NECESSAIRES ? 

Dans tous les cas, il faudra faire pratiquer :
... Une évaluation psychométrique faite par un(e) psychologue – en première 
intention, on proposera toujours les échelles de Wechsler adaptées à l’âge –. Ces tests 
visent à objectiver : 

o d'une part, le fait que les épreuves nécessitant des compétences practo-spatiales 
sont  pathologiquement  échouées (et qu'il ne s'agit donc pas d'une simple 
particularité de l'enfant, banale) ; 

o d'autre part, le fait que, dans les épreuves qui ne sont ni gestuelles ni spatiales 
(ex : épreuves verbales, mnésiques, conceptuelles et raisonnementales). 
l'enfant a des performances normales, concordantes avec son âge réel. 
... Une évaluation neuro-psychologique effectuée par un(e) neuro-psychologue. Cet 
examen permettra de préciser de quel type de dyspraxie souffre l'enfant, d’éliminer ou 
de préciser d’éventuels troubles associés (attention, mémoire, …)  
... Un bilan psychomoteur et/ou ergothérapique précisera les capacités de l’enfant 
en ce qui concerne : les traitements visuo-spatiaux, le schéma corporel, la 
latéralisation ; il objectivera les difficultés graphiques (tests étalonnés) et gestuelles. 
. Un bilan orthoptique peut être demandé, en particulier en cas d’antécédent de 
strabisme précoce (apparu avant 1 an) et/ou si coexistent des troubles de la lecture. 
. Plus rarement, en fonction de chaque cas, un examen neurologique et/ou une IRM 
pourront être utiles. 
Une synthèse de tous ces examens et bilans est nécessaire pour affirmer le diagnostic
et faire  des préconisations réellement adaptées tenant compte de l’ensemble des 
évaluations : elle peut être faite soit par le médecin spécialiste, soit par le (la) 
neuropsychologue.


 
       Y A-T-IL UN TRAITEMENT ?


On peut  améliorer les symptômes dont souffre l'enfant par la prescription de 
rééducations spécialisées (ergothérapie, psychomotricité). Simultanément, on peut 
éviter (ou limiter), et surtout  limiter l’impact de la dyspraxie sur les 
apprentissages scolaires par la mise en place d'adaptations particulières et le 
recours à des aides techniques (ordinateur). 
L'efficacité des moyens mis en œuvre dépend de la précocité du diagnostic et de la 
bonne coordination entre les divers intervenants (rééducateurs, pédagogues, 
parents), garant, dans la durée (tout au long de la scolarité), de la cohérence des
aides proposées.