EST-CE UN TROUBLE PSYCHOLOGIQUE ? 


Non, la dyspraxie n’est pas la conséquence de troubles  psychologiques, psychoaffectifs, comportementaux, psychiatriques. Cependant, certains jeunes 
dyspraxiques peuvent aussi présenter des troubles psychologiques (de personnalité, 
de comportement, …) 
Oui, la dyspraxie peut être à l’origine de souffrances psychologiques pour l’enfant 
(manque de confiance en soi, anxiété, dépression, …) et sa famille qui nécessitent 
des aides appropriées :  
. Si le diagnostic n’est pas posé, les symptômes sont confondus avec des 
situations banales (on pense que l'enfant n'est pas motivé, qu'il ne s'applique pas) 
ou interprétées à tort dans un autre cadre (par exemple, dans le cadre de la 
déficience mentale ou de troubles du comportement).Il n'est alors pas rare que, peu 
à peu, confronté à des échecs qu'il ne comprend
 
pas et auxquels il ne peut rien, 
l'enfant se décourage ou manifeste sa souffrance en classe par des comportements 
traduisant son refus scolaire. 
. Lorsque le diagnostic est posé, certains jeunes (surtout des adolescents) refusent le 
diagnostic (ils redoutent d’être « bêtes », ou « fous » ou « handicapés ») et les aides 
proposées (qui les stigmatisent vis-à-vis des copains, les désignent comme 
« différents ») : on parle de « déni » du handicap. Le jeune engage alors toutes ses 
forces pour masquer son trouble (et non pour le dépasser) …
Dans tous ces cas, l’aide d’un pédo-psychiatre et/ou d’un psychologue clinicien est 
indispensable